Nomenclature

Genre : Arisaema Mart. 1831

Famille des Araceae

Statut du taxon : accepté

Classification : sous-famille des Aroideae Engl. (1876), Tribu des Arisaemateae Nakai (1943).

Publication : Flora 14(2): 459 (1831)

Synonymie : Alocasia Neck. ex Raf. (1835), Dochafa Schott (1856), Muricauda Small (1903), Flagellarisaema Nakai (1950), Heteroarisaema Nakai (1950), Pleuriarum Nakai (1950), Ringentiarum Nakai (1950).

Liens taxinomiques : Pinellia.

Noms vernaculaires : arisème ; Engl. cobra-lily

 

Bibliographie

Collectif, Flowering Plants of the World, VH Heywood, 1979.

Collectif, Flowering Plants. Dicotyledons. Volume III, 1998, Edited by K. Kubitzki.

D. J. Mabberley, The Plant-Book, (1ère edition 1987, 2e edition 1997, 3e edition 2009 et 4e édition 2017).
Collectif, APG III (2009) (Angiosperm Phylogeny Group, version 2009)

Guy Gusman and Liliane Gusman, The genus Arisaema : A Monograph for Botanists and Nature Lovers (2nd Edition) (2006).

Description détaillée

Sommaire : Caractères végétatifs - Caractères floraux - Classification - Eléments de culture

 

Introduction

 

Le genre Arisaema comprend quelques 197 espèces (selon les auteurs ce chiffre varie entre 170 et 210) réparties en 12 sections dans la Flore de Chine (11 sections par Murrata en 1990). Il est principalement originaire des régions tempérées et tropicales de l'Hémisphère Nord avec une forte concentration des espèces en Asie orientale jusqu'en Indonésie dont 42 espèces au Japon et 78 en Chine (45 endémiques) mais aussi en Afrique orientale (9 espèces) dans la Péninsule arabique, dans l'Himalaya, au Sri Lanka, sur la côte occidentale de l'Inde et en Amérique du Nord, du Centre et de l'Est du Canada au Mexique (4 espèces). Dans les régions tropicales on les trouve le plus souvent en montagne à une altitude qui peut atteindre 4000 m. Elles croissent toujours à l'ombre ou à mi-ombre, dans les forêts, sous des arbres ou des arbustes en bosquet, sur des sols humifères et bien drainés mais aussi dans des endroits plus ouverts (prairies, bords de cultures ou de routes) lorsque la région possède une hygrométrie importante ou que le sol est humide. Beaucoup d'entre elles sont prisées pour la culture ornementale et quelques unes sont consommées localement notamment en Chine, dans l'Himalaya et au Yémen ou utilisées comme plantes médicinales.

 

 Carte de répartition naturelle du genre *

 

 carte de répartition du genre Arisaema

 

* carte provisoire informative qui sera affinée lors de l'étude des espèces car aucune information ne permet de dresser une carte plus précise.

 

Caractères végétatifs

 

Plantes herbacées tubéreuses rarement rhizomateuses mais parfois stolonifères. Le tubercule est ce qu'on appelle en français un corme (1) se régénère chaque année et produit de petits tubercules qui s'affranchissent à la fin de la saison de croissance. Dans le cas de rhizomes, ceux-ci sont persistants et donc ne disparaissent pas et n'ont pas besoin de reformer leur réserves utilisées en période de croissance. Ils sont cylindriques et noueux. Les racines poussent généralement à l'apex du tubercule, autour de cataphylles (2) ou aux noeuds des rhizomes. Ces cataphylles, au nombre de 3 à 5, sont membraneux ou herbacés, sorte de feuilles entières triangulaires qui entourent la partie basale des pétioles. Les feuilles sont longuement pétiolées (pétiole plus long que le limbe) et la plupart du temps le pétiole débute par un court pseudotige qui est le résultat de feuilles enroulées (le tronc des bananiers est en fait une pseudotige) ; le limbe est trifolié, palmé, radié (folioles autour de l'axe du pétiole) ou pedaté (3). Elles sont vert tendre à vert foncé et souvent vert-bleu sur la face inférieure ; folioles elliptiques à oblancéolés à base arrondie ou obtuse et apex variable, obtus à acuminé.

 

Caractères floraux

 

Les inflorescences sont des spadices (4) solitaires et apparaissent le plus souvent avant ou en même temps que les feuilles ; le pédoncule vigoureux est dressé et varie en longueur selon les espèces. Chez de nombreuses espèces le pédoncule est entouré de cataphylles notamment celles qui ont un rhizome. La spathe est tubulaire dans sa moitié basale, s'élargit progressivement et forme un cornet terminé par la partie libre du limbe qui se recourbe en une sorte de toit au-dessus du tube. Les bords et la gorge sont ciliés chez beaucoup d'espèces. A son apex le limbe de l'inflorescence est presque toujours terminé par un filament plus ou moins long. Selon les espèces, la spathe est caduque, se dessèche ou semi-persitante. Chez ne nombreuses espèces elle est ornementale, toujours dans des couleurs discrètes de vert, jaune, blanc, brun mais diversement striée ou tachée. L'ensemble de la spathe avec sont long filament fait penser à la silhouette d'un cobra d'où le nom vernaculaire anglais le plus courant.

 

Spadice (Les inflorescences) sessile unisexuel (plante monoïque) ou bisexuel, les fleurs femelles étant à la base, les fleurs mâles moins denses juste au-dessus et le spadix se termine par un appendice couvert de staminodes filamenteux ou subulés voire de fleurs stériles. L'appendice est cylindrique élargie à sa base et se termine souvent à l'apex par un flagelle filiforme. Il peut être sessile ou stipité (5) Seul A. exappendiculatum n'a pas d'appencice. Les fleurs mâles et femelles sont dépourvues de périanthe. Les fleurs mâles se résument à une fusion des étamines par leur filet qui forme un tube plus ou moins long et se termine par les anthères soudées quasiment entre elles ; c'est une synanthérie (6). Parfois le tube est si court que les anthères sembles sessiles. Le pollen s'échappe par 2 pores apicaux ou par un fente. L'ovaire ne comprend qu'une seule loge de 1 à 9 ovules ; style habituellement indifférencié et stigmate pelté, papilleux. Le fruit est une baie rougeâtre qui contient peu de graines. Les graines germent assez facilement mais les cormes se développent lentement et il faut plusieurs années avant d'obtenir un tubercule suffisamment développé pour fleurir (souvent 5-8 ans).

 

Classification

 

 La classification du genre reportée ci-après et transcrite de la clé des sections de la Flore de Chine illustre la complexité des méthodes de classification employées par certains botanistes afin de coller aux hypothèses des travaux phylogénétiques plutôt que de rendre simple ce qui n'est rien qu'un rangement aléatoire des taxons dans une catégorie plutôt qu'une autre, selon le choix et l'ordre des caractères retenus à cet effet, caractères qui, par ailleurs, n'ont fréquemment aucune influence sur la reproduction des taxons comme l'explique le premier Cahier du naturaliste. C'est alors que la détermination des sections passent par des combinaisons entièrement arbitraires de caractères qui n'ont en fait aucun lien entre eux en obligeant à l'édiction de toutes sortes d'exceptions quand ce ne sont pas des caractères tellement subjectifs qu'ils sont difficiles à appréhender : la botanique gagnerait en clarté se ce genre de clé n'existait pas. Donc dans l'attente d'une vraie étude taxinomique plus simple et donc plus compréhensive j'ai quand même décidé de la reproduire ici.

 

Clé de classification * botanique d'après Flora of China

 

(*) voir les cahiers du naturaliste N°1 pour la différence entre clé de détermination et clé de classification.

 

1. Plante essentiellement à feuillage persistant ; rhizome souterrain pourpre à l'intérieur et pseudotiges présentes ou absentes.

Section Anomala Gusman & L. Gusman (2003).

 

1. Plante essentiellement à feuillage caduque ; tubercules souterrains, rarement rhizomes et toujours blanc à l'intérieur. Pseudotiges toujours présentes.

2. Plantes dormantes en été dont la partie souterraine est un rhizome.

Section Decipientia (Engler) H. Li in C. Y. Wu & H. Li (1979).

 

2. Plantes dormantes en été dont la partie souterraine est un rhizome.

3. Plantes ayant à la fois un appendice stipité et le limbe des feuilles trisecté, palmé ou pédaté.

4. Plantes ayant une phyllotaxie quincunciale (7).

5. Ovaire fusiforme et limbe des feuilles palmé, rarement radié.

Section Tenuipistillata Engler (1920).

 

5. Ovaire en forme de bouteille et limbe des feuilles trifolié, rarement palmé.

6. Plantes ayant à la fois le limbe trifolié et des inflorescences plus courtes que le limbe des feuilles.

7. Appendice renflé à la base en un disque stipité. L'apex en est plutôt flagelliforme et pendant en dépassant très nettement de la spathe.

Section Arisaema (? pas d'information).

7. Appendice renflé à la base en un disque stipité. L'apex en est plutôt flagelliforme et pendant en dépassant très nettement de la spathe.

Section Franchetiana (Engler) H. Hara (1971).

 

6. Plantes ayant à la fois le limbe trifolié ou palmée et des inflorescences plus longues que le limbe des feuilles.

Section Nepenthoidea (Engler) H. Hara (1971).

 4. Plantes ayant une phyllotaxie spiro-distique (8).

Section Pistillata (Engler) Nakai (1929).

 

3. Plantes ayant à la fois un appendice stipité et le limbe des feuilles trisecté, palmé ou pédaté.

 4. Plantes ayant à la fois un appendice sessile, le limbe des feuilles non radié et une phyllotaxie quincunciale (6).

5. Appendice portant des fleurs stériles au moins dans les inflorescences femelles mais si elles sont absentes, le spadice est bisexué et le limbe des feuilles trifolié.

6. Limbe des feuilles trifolié.

Section Fimbriata (Engler) H. Li in C. Y. Wu & H. Li (1979).

 6. Limbe des feuilles pédaté.

Section Clavata (Engler) H. Hara (1971).

 

5. Appendice sans fleurs stériles, inflorescence unisexuée ou bisexuée.

6. Appendice subglobuleux qui ne sort pas de la spathe.

Section Dochafa (Schott) H. Hara (1971).

 6. Appendice allongé, filiforme, tortueux et qui sort nettement de la spathe.

Section Tortuosa (Engler) H. Hara (1971).

 

 4. Plantes ayant un appendice sessile ou stipité, le limbe des feuilles radié et une phyllotaxie spiro-distique.

Section Sinarisaema Nakai (1950).

 

Représentation de la clé de classification ci-dessus

 

La représentation schématique de la clé de classification permet d'un seul coup d'œil de mieux se rendre compte de son déséquilibre méthodologique en ce sens que les sections ne sont pas définies par une cohérence globale des caractères qui les rendrait comparables entre elles mais sont seulement définies par une succession de caractères tantôt végétatifs tantôt floraux au gré des besoins qui donne un résultat très artificiel. Pour définir 12 sections, 7 niveaux hiérarchiques sont utilisés alors que 4 suffiraient pour avoir des groupes plus homogènes et une vision plus simple du genre. Modification de cette clé infra-générique lors d'une étude ultérieure du genre.

 

Eléments de culture

 

A l'exception des tropicales, beaucoup d'espèces peuvent être facilement cultivés dans nos jardins à condition de respecter certaines règles qui correspondent à leurs besoins :

 

une exposition à mi ombre, sous des arbres ou des arbustes, sans soleil direct surtout l’après midi.

plantation à 20 cm de profondeur dans un sol plutôt riche en humus, léger et drainant afin de prévenir les excès d’eau en hiver ; il suffit pour

cela d'apporter 2 à 3 cm de gravier sous le corme lors de la plantation. Préfère les sols acides.

un apport d’engrais organique peut être effectué superficiellement en début de végétation.

arrosage en début de végétation puis diminution progressive dès que la plante a terminé son cycle et commence à se mettre au repos.

 

Il est aussi possible de cultiver ces espèces en conteneur si vous ne disposez pas de jardin, en respectant les mêmes conditions qu'énumérées ci-dessus ; d'ailleurs ce sera le seul moyen pour les espèces tropicales qu'il faudra en plus faire hiverner en situation de hors gel soit dans une serre ou une veranda soit dans un local d'hivernage au même titre que des dahlias ou autres bulbes non rustiques. Pour les passionnés de ce genre vous pouvez acquérir l'ouvrage suivant cité en référence : The genus Arisaema : A Monograph for Botanists and Nature Lovers (2nd Edition) by Guy Gusman and Liliane Gusman (ISBN 3906166376).

Jacques Urban, 2017.

 

Lexique

1. tige souterraine verticale à entre-nœuds très courts qui ressemble à un bulbe mais est plutôt un tubercule avec des bourgeons latéraux.

2. organe foliaire souvent bractéiforme ou écailleux (sortes de feuilles très réduites et compactées) situé à la base d'une tige, d'un rameau, ou sur un rhizome ou un tubercule à la base de tiges ou de pétioles.

3. feuille palmée souvent à 3 divisions mais dont les divisions externes sont elles-mêmes divisées.

4. inflorescence en grappe dans laquelle un axe épais porte des fleurs sessiles, unisexuées et incomplètes à différents niveaux .

5. adjectif qui vient de stipe (sorte de tronc, ex. palmiers) et signifie dans ce cas que l'appendice commence par une tige.

6. les étamines sont soudées par leurs anthères et leurs filets.

7. imbrication particulière des pièces florales ou des feuilles alternant une position entièrement interne de l'organe suivie d'une position entièrement externe ; si nombre total impair, la dernière pièce a une position interne sur un côté et externe sur l'autre.

8. les organes se succédant en 2 rangées parallèles (distiques) sont disposés en spirale autour de l'axe.

 

Taxons inférieurs : 197 espèces acceptées à ce rang sous réserve de l'étude détaillée de chacune.

Arisaema abei

Arisaema aequinoctiale

Arisaema agasthyanum

Arisaema album

Arisaema amurense

Arisaema angustatum

Arisaema anomalum

Arisaema aprile

Arisaema aridum

Arisaema asperatum

Arisaema auriculatum

Arisaema austroyunnanense

Arisaema averyanovii

Arisaema balansae

Arisaema bannaense

Arisaema barbatum

Arisaema barnesii

Arisaema bockii

Arisaema bonatianum

Arisaema bottae

Arisaema brinchangense

Arisaema brucei

Arisaema calcareum

Arisaema candidissimum

Arisaema caudatum

Arisaema chauvanminhii

Arisaema chuanxiense

Arisaema chumponense

Arisaema ciliatum

Arisaema clavatum

Arisaema claviforme

Arisaema concinnum

Arisaema condaoense

Arisaema consanguineum

Arisaema constrictum

Arisaema cordatum

Arisaema costatum

Arisaema cucullatum

Arisaema dahaiense

Arisaema decipiens

Arisaema dracontium

Arisaema echinatum

Arisaema echinoides

Arisaema ehimense

Arisaema elephas

Arisaema enneaphyllum

Arisaema erubescens

Arisaema exappendiculatum

Arisaema fargesii

Arisaema filiforme

Arisaema fimbriatum

Arisaema flavum

Arisaema formosanum

Arisaema franchetianum

Arisaema fraternum

Arisaema galeatum

Arisaema garrettii

Arisaema ghaticum

Arisaema gracilentum

Arisaema grapsospadix

Arisaema griffithii

Arisaema guangxiense

Arisaema hainanense

Arisaema handelii

Arisaema heterocephalum

Arisaema heterophyllum

Arisaema honbaense

Arisaema hunanense

Arisaema ilanense

Arisaema inaense

Arisaema inclusum

Arisaema intermedium

Arisaema ishizuchiense

Arisaema iyoanum

Arisaema jacquemontii

Arisaema japonicum

Arisaema jethompsonii

Arisaema jingdongense

Arisaema kawashimae

Arisaema kerrii

Arisaema kishidae

Arisaema kiushianum

Arisaema kuratae

Arisaema lackneri

Arisaema laminatum

Arisaema langbiangense

Arisaema leschenaultii

Arisaema lichiangense

Arisaema lidaense

Arisaema lihengianum

Arisaema limbatum

Arisaema linearifolium

Arisaema lingyunense

Arisaema lobatum

Arisaema longipedunculatum

Arisaema lushuiense

Arisaema macrospathum

Arisaema madhuanum

Arisaema maekawae

Arisaema mairei

Arisaema maximowiczii

Arisaema maxwellii

Arisaema mayebarae

Arisaema meleagris

Arisaema menglaense

Arisaema microspadix

Arisaema mildbraedii

Arisaema minamitanii

Arisaema minus

Arisaema monophyllum

Arisaema mooneyanum

Arisaema muratae

Arisaema muricaudatum

Arisaema murrayi

Arisaema nagiense

Arisaema nambae

Arisaema negishii

Arisaema nepenthoides

Arisaema nikoense

Arisaema nilamburense

Arisaema nonghinense

Arisaema odoratum

Arisaema ogatae

Arisaema omkoiense

Arisaema ornatum

Arisaema ovale

Arisaema pachystachyum

Arisaema pallidum

Arisaema parisifolia

Arisaema parvum

Arisaema pattaniense

Arisaema penicillatum

Arisaema petelotii

Arisaema petiolulatum

Arisaema pianmaense

Arisaema pierreanum

Arisaema pingbianense

Arisaema polyphyllum

Arisaema prazeri

Arisaema propinquum

Arisaema psittacus

Arisaema quinatum

Arisaema quinquelobatum

Arisaema ramulosum

Arisaema ringens

Arisaema rostratum

Arisaema roxburghii

Arisaema rubrirhizomatum

Arisaema ruwenzoricum

Arisaema sachalinense

Arisaema saddlepeakense

Arisaema sarracenioides

Arisaema saxatile

Arisaema sazensoo

Arisaema schimperianum

Arisaema scortechinii

Arisaema seppikoense

Arisaema serratum

Arisaema setosum

Arisaema siamicum

Arisaema siangense

Arisaema sikokianum

Arisaema silvestrii

Arisaema sinii

Arisaema sizemoreae

Arisaema smitinandii

Arisaema somalense

Arisaema souliei

Arisaema speciosum

Arisaema sukotaiense

Arisaema taiwanense

Arisaema tashiroi

Arisaema tengtsungense

Arisaema ternatipartitum

Arisaema thunbergii

Arisaema tortuosum

Arisaema tosaense

Arisaema translucens

Arisaema triphyllum

Arisaema tsangpoense

Arisaema tuberculatum

Arisaema ulugurense

Arisaema umbrinum

Arisaema undulatifolium

Arisaema utile

Arisaema vexillatum

Arisaema victoriae

Arisaema wangmoense

Arisaema wardii

Arisaema wattii

Arisaema wilsonii

Arisaema wrayi

Arisaema xuanweiense

Arisaema yamatense

Arisaema yanxianum

Arisaema yunnanense

Arisaema zhui